Nabeul

Nabeul est une ville du nord-est de la Tunisie située au sud de la péninsule du cap Bon à 67 kilomètres au sud-est de Tunis. Chef-lieu du gouvernorat du même nom, elle constitue une municipalité de 56 387 habitants en 2004. En associant les villes voisines de Dar Chaabane, Béni Khiar et El Maâmoura, elle forme une agglomération de 120 000 habitants. Avec Hammamet, elle forme une conurbation bipolaire de 185 000 habitants.
Nabeul est l'une des plus importantes villes qui se succèdent le long de la côte du golfe d'Hammamet. Son environnement est constitué de vergers et de jardins. Grâce à sa plage de sable fin, sa mer limpide et son climat méditerranéen, la région est une destination appréciée des touristes européens.
Dans l'Antiquité, la ville porte le nom grec de Neapolis qui est composé de nea (nouvelle) et polis (cité). C'est ainsi que l'appellent les Grecs puis les Romains. La fondation de la ville remonte à au moins 2 400 ans. Le grec Thucydide la qualifie, à la fin du VIIe siècle av. J-C, de comptoir carthaginois et lui confère le titre de ville d'Afrique du Nord la plus anciennement mentionnée par les textes après Carthage. Durant la guerre du Péloponnèse en 413 av. J-C, qui oppose Sparte à Athènes, les soldats de Sparte embarquent sur des navires qui s'échouent sur les côtes de Cyrénaïque. Les citoyens de Cyrène décident de les aider et leur fournissent des embarcations et des pilotes. Ils font escale dans une ville du nom grec de Neapolis. C'est à cette occasion que l'histoire enregistre, pour la première fois, le nom antique de Nabeul. En 148 av. J-C, Neapolis paie sa fidélité à Carthage. En effet, la ville est prise et détruite par le général romain Calpurnius Pison.

Au début de l'occupation romaine, Neapolis sombre dans le déclin et l'oubli pendant près d'un siècle. De plus, avec la conquête arabe, les Byzantins détruisent la ville. Dès le XIIIe siècle, cette ville connaît une renaissance qui a pour conséquence une certaine prospérité économique.
Avec le protectorat français, instauré en 1881, les Nabeuliens s'opposent fortement à l'installation des entreprises coloniales et démontrent un fort attachement à la culture de la terre. La ville de Nabeul est l'une des premières villes de Tunisie, en 1909, à engager une généralisation de l'enseignement et à émanciper la femme avec la création d'une école primaire pour les jeunes filles musulmanes. Le mouvement nationaliste, appuyé par des intellectuels locaux, voit la naissance de la cellule locale du Néo-Destour en 1936.
La ville de Nabeul se situe dans la presqu'île du Cap-Bon, au Nord-Est de la Tunisie, sur les rives de la Méditerranée au nord du Golfe d'Hammamet, et à 63 Km de Tunis. On trouve à l’ouest la ville d' Hammamet, à l’est la ville de Dar Chaâbane El Fehry, au sud la mer méditerranée et au nord le reste du territoire de la délégation.

Le noyau de Nabeul est constitué par la place du 7 novembre (la jarre). Les 3 principaux axes de la ville sont : l'avenue Habib Bourguiba, l'avenue Mohamed 5 et l’avenue Habib Thameur.
Le climat de Nabeul est un climat méditerranéen littoral doux et ensoleillé (en fait c’est un microclimat). Il subit intensément les effets modérateurs et adoucissants de la mer qui se traduisent par une faible amplitude thermique annuelle (moyenne de l’hiver 12°, de l’été 26°, moyenne annuelle 19°).

La saison des pluies s'étale de l'automne jusqu'au printemps. La pluviométrie se situe aux alentours de 400 millimètres par an. La nappe phréatique est généralement à faible profondeur, mais donnant des signes d’épuisement, car elle est surexploitée depuis longtemps afin de subvenir, jadis, à une agriculture intensive et aujourd'hui à une population et à une activité touristique galopante.
Les deux aéroports les plus proches de Nabeul sont ceux de Tunis et de Monastir. Chaque voyageur sera donc obligé de prendre la route. Pour vous y rendre depuis Tunis, empruntez l'autoroute A1. Il ne faudra que 45 minutes pour atteindre Nabeul (60 km).
Des bus, des taxis, assurent tous les jours la liaison de Tunis à Nabeul, sinon vous pouvez réserver un transfert aéroport chez un prestataire.
Les taxis collectifs sont l'option à retenir si vous êtes pressés. Sachez que les prix, quasiment identique à ceux des bus, sont fixés par les autorités. Ne cherchez donc pas à négocier. Ces taxis attendent que les 5 ou 8 places du véhicule soient occupées pour partir. Pour prendre un taxi collectif à Tunis, rendez-vous à la station des bus de Bab Alioua. Le train, qui offre un seul aller-retour.
Pour se déplacer à Nabeul, il y a plusieurs moyens :
  • Taxi : C'est le moyen de transport idéal pour se déplacer rapidement en ville et dans les zones touristiques. Les taxis jaunes sont normalement munis d'un compteur.
  • Taxi Collectif : Ils ont des itinéraires fixes (Tunis, Sousse, Sfax, Kairouan, etc.). C'est un moyen de transport rapide et économique très utilisé par les Tunisiens (capacité de 8 personnes). Les horaires ne sont pas fixes, la voiture ne part que lorsqu'elle est pleine.
  • Bus : Il relie quotidiennement Nabeul aux grandes villes du nord et du centre de la Tunisie.
  • Location Voiture : La location d'un véhicule peut se faire facilement une fois sur place ou en consultant les sites web des agences avant votre départ. Les voitures de location possèdent toutes une plaque bleue.
L'économie de la région s'articule principalement autour du tourisme, la grande majorité des hôtels de la ville se trouvant en bord de mer. Parmi les sites touristiques de la cité figurent le site romain de Neapolis (situé à deux kilomètres du centre), le musée archéologique qui offre des collections d'objets en céramique, des statues puniques datant du VIIe siècle av. J-C. et une importante collection de mosaïques romaines provenant des sites de la région du cap Bon.

Le marché hebdomadaire du vendredi matin attire de nombreux touristes et habitants de la région. Nabeul est également connue pour son agriculture et, notamment à l'étranger, pour son artisanat.
Le souk de Nabeul s'étend sur quelques centaines de mètres au bout de la rue Habib Thameur. Vous y trouverez en vrac des épices, du thé, des narguilés, des poteries, des vêtements, du cuir, des bijoux et pleins d'autres objets et souvenirs qui encombrent les étagères..

Les souks de Nabeul sont la foire permanente où sont exposés les beaux produits de l’artisanat local et où se côtoient magasins et ateliers d’artisans, rappelant aux mémoires que la ville fut depuis la plus haute antiquité une cité réputée dans toute la Méditerranée pour ses belles poteries.

Au même endroit, chaque vendredi, se tient à Nabeul Le grand marché hebdomadaire. Un rendez-vous à ne pas rater !
Nabeul est réputée en Tunisie et à l'étranger pour la qualité artistique de ses poteries, en particulier de ses assiettes peintes et de ses faïences.
Nabeul est la vitrine de l'artisanat tunisien. Les nombreux potiers aux doigts agiles font des merveilles et le ciselage du cuivre en charme plus d'un. Le souk, où l'odeur du cuir côtoie celle du café turc, du thé et du jasmin, est un espace où il fait bon flâner.

Depuis l'indépendance de la Tunisie et surtout avec le développement de l'industrie touristique, l'artisanat à Nabeul connait un essor qui ne cesse de se développer. Ainsi les artisans dont Pierre Lisse (les nattes en jonc de Nabeul) a dit d'eux:'sentant le beau tant est inné leur sens artistique', redoublent d'effort pour déployer leurs tendances spontanées ainsi que leur dynamisme qui confirment Nabeul dans sa réputation de foyer d'artisanat.
  • La Poterie : L'art de la poterie et de la céramique est millénaire en Tunisie. il existe à Nabeul deux types de poterie: la poterie poreuse brute dite 'chawat', et la céramique émaillée polychrome. l'art de la céramique connaît de nos jours une véritable renaissance. Les artisans portants des cartes professionnelles dans la spécialité poterie est de l'ordre 2000 potiers, Nabeul compte 600 ateliers et 70 entreprises exportatrices de poteries
  • Les Nattes : Nabeul est aussi le premier centre tunisien de la production des nattes de jonc, destinées à isoler les murs et les sols des maisons et des mosquées, et qui sont ornées de motifs de jonc teint en rouge, vert, noir et parfois violet. Les nattiers ont élargi leur répertoire à  une série d'objet utilitaires et décoratifs
  • Le Cuivre : C'est au XVIIIe siècle que l'artisanat du cuivre a connu son âge d'or en Tunisie, notamment dans les grandes villes (Tunis, Sfax, Kairouan). Les objets en cuivre sont un élément important du trousseau de la mariée dans les familles bourgeoises. Aujourd'hui, la ciselure se généralise et s'embellit d'instructions de fil d'argent, notamment pour les plateaux en cuivre jaune qui servent de dessus de guéridons ou en décoration murale. Autre variante du travail du cuivre, les chaudrons et marmites de cuivre rouge gardant apparentes les traces du martelage, et que l'on utilise comme cache-pots.
  • Le Fer Forgé : Le fer forgé est une pratique très ancienne en Tunisie. Comme pour les autres métiers d'art, cette technique dépasse les exigences fonctionnelles pour se transformer en moyen d'expression artistique. On distingue le fer forgé martelé et le fer forgé de type artistique.
  • La Distillation Des Fleurs : Chaque printemps, Nabeul vit un rythme de la distillation des roses et des fleurs du bigaradier et du géranium rosant. Ses essences de fleurs sont très réputées et servent à parfumer de nombreux desserts et pâtisseries.
  • La Broderie : Nabeul est le centre spécialiste de la broderie de paillettes de cannetille, attirant une clientèle venue de tout pays. Malgré l'adoption de la mode universelle, les Tunisiens restent en effet attachés au costume traditionnel -parfois légèrement modernisé- pour se parer à l’ occasion des cérémonies.
  • La Décoration Sur Support : Cette nouvelle action dans le secteur de l'artisanat tunisien attire de nombreux artisans. Quel que soit le matériau de base, verre soufflé, liège, céramique, fer forgé...Tout support peut être décoré, souvent de fleurs stylisées, ou encore de dessins inspirés par exemple des motifs de tissage
  • Musée Archéologique De Nabeul : Installé dans une modeste demeure du centre ville (avenue Habib Bourguiba), ce musée vient de faire l’objet d’une rénovation totale qui lui permet de présenter au public, de façon attrayante, l’une des plus belles collections d’objets en provenance de divers sites du Cap Bon
Créé en 1984, ce musée abrite une importante collection de mosaïques livrées par le site de Neapolis. On peut y admirer aussi de la céramique punique provenant des fouilles de Kerkouane et de Kelibia. Les terres cuites du sanctuaire rural de Thinissut qui représentent la déesse mère allaitant son enfant et les déesses léontocéphales (symbole de fécondité), sont les pièces les plus attrayantes de ce musée.
  • La Corniche De Nabeul : L'été, des cafés et des restaurants, parfois directement installés en bord de mer, font de ce lieu un des plus paisibles pour passer des après-midi, des soirées et même des veillées jusqu'à l'aube, face à la mer. En début d’après-midi, les touristes et les Nabeuliens se retrouvent généralement à la Corniche.
  • Le Souk De Nabeul : Le souk de Nabeul s'étend sur quelques centaines de mètres au bout de la rue Habib Thameur. Vous y trouverez en vrac des épices, du thé, des narguilés, des poteries, des vêtements, du cuir, des bijoux et pleins d'autres objets et souvenirs qui encombrent les étagères.
Si vous ne connaissez pas les souks, vous allez découvrir une ambiance très particulière. La plus belle façon de visiter les souks est de marcher sans hâte et sans but, de suivre le tourbillon de la vie, de se laisser guider par ses sens. Laine moelleuse, verre de thé brûlant, senteurs des aromates et des saumures dans le souk des épiciers, saveurs des brochettes et des pâtisseries au miel, rumeur des hommes, bruits sourds des outils un peu partout. Se perdre dans ce labyrinthe de ruelles, de passages, de voûtes et d’impasses, c’est partager la fascinante authenticité d’un monde jalousement préservé. Ici, personne ne sait où finit le plaisir de l’esprit et où commence le plaisir des sens.
  • Le Site Archéologique Néapolis : Au bord de la mer, le site de l'antique Nabeul romaine a été mis à jour il y a seulement quelques années. Les fouilles se poursuivent encore, régulièrement, d'importantes découvertes sont faites et des vestiges imposants sont excavés. Aujourd'hui, on peut admirer sur les lieux du site, entres autres, 'la maison des nymphes ', où avait été enterré Artémoine, un cheval sublime, vénéré jusqu'à l'adoration par son maître.
  • Parc Sidi Slimene Nabeul : Le mausolée de Sidi Slimène revit aujourd’hui grâce aux travaux de restauration engagés par l’Association de Sauvegarde de la Ville de Nabeul et sa volonté d’en faire un espace vert convivial, familial, à vocation culturelle. A la beauté du site, aux lignes pures du monument sont venus s’ajouter un parc vert égayé par les chants d’une volière d’oiseaux et l’arrivée d’oies et de canards qui ont élu domicile prés de l’ancien puits préservé.
Devant un panorama qui incite à la détente, grands et petits dégusteront une gazouze ou un verre de thé, se régaleront de crêpes, du traditionnel sandwich tunisien au pain tabouna …autant de spécialités proposées par la sympathique buvette installée sur le site.
  • Musée Dar Taieb : Le musée Dar Taieb ouvre ses portes pour vous faire découvrir à travers ses 600 m² : Cerina beauté, distillation des huiles essentielles, une boutique aux mille parfums, historique des thés, salle de séjour 'skifa arbi', la chambre à coucher du 19ème siècle, la tente bédouine berbère, la cuisine traditionnelle

Hammamet

La présence de quartiers résidentiels de haut standing, d’écoles internationales (françaises, américaines), de cliniques offrant des prestations médicales de haut niveau et d’infrastructures hôtelières accueillant  plus de 7 millions de visiteurs par an, en font un site hautement attractif.
Hammamet a connu un essor fulgurant dans le domaine touristique au point d’être connu du monde entier au même titre que les plus prestigieuses stations balnéaires.
Hammamet est le site le plus célèbre de toute la Tunisie et fort probablement de toute l’Afrique du Nord et est, certainement, aussi connu dans le monde entier que les pyramides d’Egypte... La beauté d’Hammamet  n’est plus à chanter.
Combien d'artistes, combien de célébrités sont venus témoigner de la splendeur de ce site, y puisant l'idée d'une romance, d’un chef-d’œuvre tout en sirotant un thé à la menthe ou aux pignons au si célèbre café Sidi Bouhdid.
Rien qu’en défilant de mémoire les noms d’hommes illustres qu’elle a accueillis, on mesure l’attrait que Hammamet exerce sur le cœur et les corps de ses visiteurs :
Flaubert, Maupassant, Guide, Bernanos, Wilde et les peintres Klee et Mack, Winston Churchill, sans parler des figures contemporaines qui y viennent ou venaient chaque année y gouter la joie d’aimer :
Françoise Sagan, Jan Daniel, François Chatelet, Sophia Loren etc…
La cité embrasse goulument la mer omniprésente, se  serrant sur le rivage émeraude sous un ciel toujours parfait. Son fort , a même les vagues, datant du XVème siècles et une merveille de rhétorique architecturale avec ses longs passages voutés, ses corridors et ses tours carrées qui livrent au regard un panorama sublime sur le Golfe de Hammamet à l’Est et vers le couchant sur l’ensemble pastel des jardins et des vergers.
C’est dans ce cadre, ô combien enchanteur que se situe notre agence :
L’INTERNATIONALE IMMOBILIERE TUNISIE

C'est sûrement à Hammamet qu'il faut chercher... le paradis terrestre si celui ci doit exister.
Jadis, d’un petit village de pécheurs et de cultivateurs, Hammamet est devenu aujourd’hui, un véritable pôle d'attraction pour le monde entier. Depuis 1956, date de l'indépendance de la Tunisie,
Les alentours d’Hammamet, ce sont aussi ses vergers d’ou déferlent les parfums d'oranges et de jasmins, ce qui vaut a la ville le nom de Cité du Jasmin (Yasmin) dont les effluves se répandent sur toute la côte, apportant dans le cœur de nos visiteurs un baume odorant propice au farniente sous le soleil au long de ses plages sablonneuses que baigne une mer azurée. Mais Hammamet, c'est aussi son ancienne médina, et son artisanat aux milles formes et couleurs, son fort authentique, ses restaurants, sa vie nocturne, ses ballades qui en font la joie des sens et de la vie.
Hammamet, est une alchimie complexe, c'est à la fois inexplicable, magique, irréel mais peut être aussi et certainement, ce petit quelque chose, ce petit ressentiment qui envahira chacun de vous différemment au moment du départ, avec un seul désir : y revenir.


Loisirs, tourisme

 

La Tunisie possède environ 1300 km de côtes, les vestiges de ses sites témoignant d’une civilisation datant de plus de trois milles ans.
Le contraste entre les forêts du nord, le désert et les oasis au sud, ses paysages uniques font de la Tunisie une destination touristique de premier choix.
La diversification de son potentiel touristique (tourisme saharien, balnéaire, culturel, congrès, plaisance, golfique, thalassothérapie…), permet à la Tunisie d’attirer un panel de clientèle de plus en plus nombreuse et diversifiée (estimée aux alentours de 5 millions de visiteurs par an ) se classant, ainsi, comme la première destination touristique du sud de la Méditerranée.

 

  • De plus cette diversification a été très avantageusement consolidée par des infrastructures touristiques de plus en plus développée. En résultante, la Tunisie compte environ 850 unités hôtelières de catégories différentes, près de 250 restaurants touristiques, six ports de plaisance de première importance, sans compter la future Marina de Bizerte, une multitude de parcs de loisirs, des parcs animaliers, huit terrains de golf répartis dans toutes les zones touristiques du pays.
  • La thalassothérapie et la qualité des soins ont connu un développement phénoménal avec des centres internationalement reconnu à Sousse, Hammamet, Gammarth, Zarzis et Djerba ou les standards internationaux les plus exigeants de qualité y sont appliqués.

Une implantation de parcs d’attraction et de loisirs multiples publics et privés dans les zones touristiques ainsi qu’en dehors de ces zones

Facebook Twitter Youtube Google Bookmarks

Autres